Une vie, la mienne

22 juin 2011

Escapades Velaves

Que les vacances me semblent encore loin…. Je compte les jours qui me séparent de Vendos : 1, 2, 3…., 50 ...102…. J’en pleurerais presque.
J’essaye tant bien que mal de m’offrir quelques avant goûts de notre escapade annuelle au pays des Puys. Je regarde quelques photos, vidéos… Hélas, loin de me réconforter, voilà que le sentiment de nostalgie, est à son comble.
Je m’imagine, dehors sur une chaise, feuilletant un magasine ou encore plongée dans un de mes bouquins favoris, la brise caressant mes cheveux, le soleil réchauffant ma peau… avec pour seule musique quelques grillons lancés dans une parade amoureuse.
Je me vois levant la tête contemplant les Puys, la verdure à perte de vue avec pour seul obstacle dans mon champ de vision, le château du Charouilh ….
Je tends l’oreille, au loin je distingue vaguement le doux chant de la rivière qui s’écoule quelques mètres plus bas… Je ferme les yeux, j’y suis…
Ce sont les enfants qui crient au loin ?!! Oui !!! Les voilà qui reviennent d’une partie de cerf-volant… Je songe qu’il nous faudra descendre à la ferme tout à l’heure, juste après la traite, ainsi nous aurons du lait frais et du beurre pour le petit déjeuner du matin….
Voilà que les nuages s’amoncellent au-dessus de nos têtes. Le ciel se fait désormais de plus en plus menaçant, et, au loin nous commençons à attendre quelques roulements… le tonnerre… L’orage arrive à grandes enjambées. Au loin, plus de verdure, plus de Puys mais un immense rideau blanc qui semble se diriger vers nous. Je hume l’air… ça sent la terre mouillée !! Je me délecte de cette fragrance estivale que je connais si bien. En bas dans la vallée, la pluie est presque synonyme de morosité, ici, je m’en fais une joie !
Rentrons nous mettre à l’abri, allumons une bûche dans la cheminée pour faire fuir l’humidité… au coin du feu nous écoutons les éléments se déchaîner… c’est bon, nous sommes tous ensemble..
Un arc-en-ciel, un brin de soleil… les nuages s’en vont… pour seul berceuse dans la maison subsiste le tic-tac régulier de l’horloge… Tout est paisible à nouveau. Ce soir, à la fraîche,  nous pourrons contempler la voûte céleste et chercher du regard quelques étoiles filantes, et, peut être avec chance nous ferons le vœux que ce moment… dure toujours.. ma tête contre ton épaule…

Posté par Latitesimone à 20:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 juin 2011

Le chat

Que dis-je LES chats !!! Au nombre de 2, bouffent comme 4 et chi*nt comme 8 !!!

J'ai avec moi, depuis plus de 13 ans une vieille carne affublée d'un vilain cancer à qui l'on ne donnait pas 1 an à vivre...voilà plus de 3 ans que minette fait de la résistance avec ses gros tétons (on dirait lolo ferrari...!!) Pas opérable, ont-ils dit :( Mais minette est encore là, bien vivante, pas souffrante, toujours dans mes jambes et me parle du matin jusqu'au soir ! Il y a quelques temps, voyant sa fin toute proche et le regard de ma poupée si triste à l'idée qu'elle nous quitte, nous nous sommes dit, qu'un autre chat dans la maison, nous aiderait surement à passer ce cap si difficile et inévitable du départ de minette.

Le hasard a mis sur notre route, un joli petit matou tout gris.

Il est arrivé chez nous, le jour de la Toussaint.... Dès lors que nous l'avons mis au fond de sa caisse de transport, MonsieurToutGris, s'est mis à ronroner...pas commun, pas farouche le matou. Il nous semblait déjà grand, mais sa première visite chez le Doc des chats nous a appris, qu'il n'avait pas du tout les 6 mois que nous lui donnions...mais seulement, 3. Voici, comment nous sommes devenus les heureux propriétaires d'un chat-chien-cheval...à 9 mois il pèse déjà 5 kilos.

Je dis chien, car, MonsieurToutGris, a le don exceptionnel de nous rapporter dans sa gueule, quelquonque objet que nous lui lançons...je dis chien, car, MonsieurToutGris, aime l'eau et n'hésite pas à boire l'eau des toilettes (même si sa petite maîtresse a oublié de tirer la chasse...beurk !) et hésite encore moins à patauger dans la baignoire. Ce chat, dort sur le dos ou encore étalé de tout son long à la manière d'une grenouille qu'on aurait écrasée sur le sol...

Ma vieille carne m'a vraiment fait sentir, qu'elle m'en voulait...car, elle, n'aime pas du tout MonsieurToutGris... Il lui saute dessus, veut jouer avec elle et Ma vieille carne, elle, aspire à une retreite bien plus paisible.... Minette s'est apaisée, j'achète régulièrement son silence en lui donnant du Sheba et en la laissant dormir sur notre lit la journée (aïe, si mon mari savait ça !!).

Ahhhh mais que c'est bon de pouvoir écouter leurs ronrons !

Posté par Latitesimone à 15:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]